This site discusses phimosis in its specific forms of phimotic ring, frenulum breve, adhesions or skinbridges.
During erection these conditions inhibit the relationship between foreskin and glans.
This functionally restricts the erection, and thus has an effect on the sexuality.

Full circumcision (particularly for infants) is a ridiculous treatment or prevention for any form of phimosis.
Those who follow Abraham are asked to please consider using his methods of partial circumcision.

ENGLISH MENU

Chapitre 2: DE L'INNOCENCE À L'IGNORANCE:
Expériences personnelles et initiations au XX° siècle.
Recherches psychologiques et sociales.

Ce chapitre forme la partie originale et centrale de ce projet. En «l'arrière-plan» (Background), je présente mes premières étapes pré-Internet telles que des questions entre amis ou mes lettres aux services de Santé.

De rares études médicales ont parfois parlé « d’une répression générale ou collective du phénomène.»(82) «Le Tabou Culturel» (The Cultural Taboo) essaye d'exposer cette répression dans tous ses aspects dérives.

Le dossier central, « l'accession à l'âge d'homme » (The Passages to Manhood) (je remercie votre e. mails) décrit des expériences embarrassantes et inquiètent. Notre monde moderne ne connaît que deux attitudes extrêmes : supprimer ou ignorer les problèmes du prépuce. Ceci montre bien les effets chaotiques qu’entraîne ce tabou.

Aux Etats-Unis, on pratique souvent de manière systématique une complète circoncision, avant même que la maman n’ait tenu son nouveau-né dans les bras. Il est vraiment singulier que cette froide pratique clinique, plus extrême que l’antique tradition, soit pratiquée dans le pays que l’on prétend être le plus moderne du monde.

À l'inverse, dans une large part de Europe, au Canada, etc., les problèmes ne sont généralement traités que lorsqu’ils surviennent, après des expériences pénibles, des difficultés ou des douleurs pendant la masturbation, ou après les premières tentatives infructueuses de rapports sexuels.

Avoir mal ou connaître une gêne lors de la première phase de l'accession à l'âge d'homme peut avoir des conséquences fâcheuses à long terme. Toutefois, à vouloir éviter douleurs et difficultés on peut être conduit à terme à de problèmes beaucoup plus graves.

Si un jeune garçon rencontre des difficultés ou ressent des douleurs au niveau du prépuce, même le plus brave des jeunes guerriers serait incroyablement désemparé et finirait par croire qu’il est mal de toucher son prépuce.

Parfois, dans certains cas, notre courageux expérimentateur, en évitant d’avoir mal, ne se rend pas compte que rétracter son prépuce est non seulement possible, mais aussi normal et souhaitable. Il grandit en s’habituant à son corps sans jamais se poser aucune question.

Il atteindra alors l'âge adulte en faisant coincider son comportement général avec ses entraves physiologiques. Celles-ci finissent par lui causer malheur et désarroi lors des relations intimes.

Laisser les garçons découvrir seuls de tels problèmes, en se trompant ou en tâtonnant, signifie qu’un nombre très important de garçons ont une approche incomplète de leur sexualité et de leur virilité. Notre initiation masculin moderne est souvent plus insolite que la plupart des rites et des coutumes primitifs.
© R.Stuart